Tous les articles par admin

Tout sur les sorties cétacés

Les sorties cétacés, appelées « whale watching » en anglais, consiste en une sortie en mer d’observation des cétacés (dauphins et baleines). Ces sorties sont parfois propices à l’observation de la faune marine en général (tortues, requins, poissons, oiseaux marins).
Ces sorties d’observation des cétacés ont généralement une vocation touristique et/ou pédagogique. C’est une prestation qui est largement proposée dans le monde et qui se développe rapidement en Méditerranée française et ailleurs, parfois au détriment des animaux.
Les sorties en mer pour observer la faune sont pourtant une occasion unique de découvrir un écosystème et de sensibiliser les participants à la conservation de la nature, à condition que celles-ci se déroulent correctement et soient encadrées par des professionnels engagés.
Ces sorties d’observation des cétacés promettent des heures riches en découverte, en photo, en émerveillement. Mais elles doivent aussi être l’occasion de rendre à la nature ce qu’elle nous offre !
Mwanga Vagabonde et Wild Seas Explorer vous offrent cette possibilité, puisque plus qu’une sortie d’observation des cétacés, ils vous proposent des sorties d’observation et d’étude des dauphins et baleines, et à la voile !

Les cétacés : c’est quoi ?

Les cétacés sont des mammifères marins (animaux vertébrés, à sang chaud, avec une respiration pulmonaire, un système nerveux central développé et dont les femelles portent des mamelles mais qui vivent pourtant en milieu marin). S’il y a quelques millions d’années l’ancêtre des cétacés a quitter la terre ferme pour se nourrir et se réfugier dans les océans, aujourd’hui dauphins, baleines et cachalots sont des animaux parfaitement adaptés à leur environnement. Leur morphologie, leur système vasculaire, leurs poumons, leur système cérébral mais aussi leur système de communication ou d’alimentation sont tout autant de preuves d’une adaptation efficace et poussée à un milieu qui est aujourd’hui le leur.
Il existe d’ailleurs deux grandes familles de cétacés, les mysticètes, cétacés à fanons, communément appelés baleines, et les odontocètes, cétacés à dents (dauphins et cachalots).
On référence plus ou moins 86 espèces de cétacés dans le monde. Certaines sous-espèces sont découvertes régulièrement, quand d’autres gagnent le statut d’espèce à part entière. Malheureusement, certaines d’entre elles sont en danger d’extinction, et d’autres sont éteintes depuis peu, comme c’est le cas du Dauphin du Yantze.

Meilleure période pour voir les cétacés en France

L’été est une période propice à l’observation et l’étude des cétacés en Méditerranée Occidentale. En effet, plusieurs conditions sont réunies pour faciliter l’observation. La météo tout d’abord est plus clémente à cette période de l’année. Le large des côtes varoises est situé au cœur du Sanctuaire Pélagos, et les cétacés y sont particulièrement protégés. Enfin, le courant liguro provençal, les phénomènes d’upwellings et les blooms phytoplanctoniques qui en découlent dès le printemps nourrissent toute une chaîne alimentaire, du zooplancton au super prédateur. Les Mysticètes friands de krill et les odontocètes teutophages ou piscivores trouvent alors de quoi se sustenter aisément et certaines espèces peu présentes en hiver font alors leur apparition près des côtes françaises.
Au printemps et en été, les chances de rencontrer des cétacés ne sont donc pas négligeables. Les espèces les plus communément observées sont le dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba), le Grand dauphin (Tursiops truncatus), le Rorqual commun (Balaenoptera physalus) et le Cachalot (Physeter macrocephalus). D’autres espèces se rencontrent aussi régulièrement comme le Globicéphale noir (Globicephala melas), le Dauphin de Risso (Grampus griseus), le Ziphius (Ziphius cavirostris) et de plus en plus le Dauphin commun (Delphinus delphis). Plus rarement ont peu également observer le Rorqual à Museau pointu (Balaenoptera acutorostrata).
Chaque espèce ayant sa zone d’alimentation et de reproduction privilégiée, le taux de réussite dans la rencontre ne dépend pas que de la saison de la sortie, mais aussi de la zone prospectée et des connaissances de l’éco-guide accompagnateur.
Quoi qu’il en soit, chaque sortie, au printemps comme en été, promet de belles rencontres scientifiques, animales et environnementales. Ces rencontres sont l’occasion d’apprendre sur l’écologie marine, de renforcer vos positions quant à la conservation des animaux, mais aussi de mettre en pratique vos compétences de photographe au service de la nature.

Les règles à respecter pour observer les cétacés

Toute activité anthropique implique forcément un dérangement du milieu et de la faune. Les bateaux, de plus en plus nombreux, à la recherche des mammifères marins sont une source de pollution (hydrocarbures et sonores pour les navires motorisés) mais aussi de dérangement des animaux. En effet, les cétacés peuvent être interrompus lors de phases essentielles à leur rythme de vie, telles que la chasse, le repos, la socialisation et le jeu, ou encore la reproduction. L’adage qui dit que les animaux, parfaitement accoutumés à leur environnement n’ont qu’à fuir s’ils se sentent dérangés est symptomatique du manque de connaissances dont on peut faire preuve. Un animal qui fuit est un animal qui perd de l’énergie ou qui quitte une zone riche pour son alimentation. Ils peuvent donc fuir, mais cela a un coût.
Les sorties d’observation des cétacés peuvent donc être source de graves perturbations si elles sont mal pratiquées. Ainsi un code d’approche a été établi dans le sanctuaire Pélagos. Ces règles permettent de limiter nos impacts sur les comportements vitaux de ces animaux.
Si vous vous situez dans la zone vigilance :

-La vitesse du bateau doit être constante et ne doit pas dépasser 5 nœuds,

-Tout changement brutal de vitesse est interdit,

-Le bateau doit être positionné par le travers des cétacés et suivre leur cap,

-Si vous constatez une présence, redoublez de vigilance et limitez vos distances d’approche,

-En cas de perturbation des animaux, quittez immédiatement la zone de vigilance,

-Le temps d’observation est limité à une demi-heure.

Si vous vous situez dans la zone interdite

-Dans ce cas, votre embarquement ne doit pas pénétrer dans cette zone. Vous devez vous situer aux environs de 100m des animaux pour éviter certaines perturbations,

-Votre bateau ne doit pas se trouver dans le secteur avant des animaux,

-La vitesse du bateau doit être réduite à zéro et moteur coupé lorsque le navire atteint la limite de cette zone,

-Vous pouvez vous trouver dans cette situation dans le cas d’une venue spontanée des animaux au bateau.

-Lorsque les cétacés rejoignent volontairement le bateau, il est interdit de tenter de les toucher, de les nourrir ou de se baigner à leur proximité.

Mwanga Vagabonde et Wild Seas Explorer adoptent ce code de bonne conduite et le respecte à la lettre. De plus l’embarcation mise à disposition, un voilier, permet une approche respectueuse des espèces et des espaces. Le guide scientifique à bord est là pour vous conseiller et vous faire découvrir un écosystème, pour vous apprendre à photographier mais aussi à participer à l’étude du milieu et de la faune. Les données collectées lors de chaque sortie sont mises à disposition de différents programmes de recherche.

Tout ce qu’il faut savoir pour faire des sorties cétacés

La réservation

Pendant la saison des sorties d’observation et d’étude des cétacés, il est recommandé de faire la réservation trois semaines à l’avance de la date prévue de votre sortie. Vous devez également avoir conscience que pour des raisons météorologiques la sortie cétacés peut être décalée.

Le jour de la sortie

Avoir l’estomac plein permet d’affronter les éléments avec énergie et d’éviter le mal de mer. Mwanga Vagabonde et Wild Seas Explorer vous accueillent sur le bateau avec un petit déjeuner. Vous ne devez vous charger que de votre déjeuner. Emmener avec vous un chapeau ou une casquette, de la crème solaire respectueuse des milieux marins (le mieux étant encore d’utiliser des vêtements couvrants légers), des lunettes de soleil pour votre confort visuel. Si vous souhaitez vous mettre à l’eau (hors présence des cétacés), n’oubliez pas votre maillot de bain. Equipez-vous également d’un masque et d’un tuba : la vue sous-marine par 2000m de fond est spectaculaire.
Surtout, n’oubliez pas vos appareils photo, l’équipe de Mwanga Vagabonde et Wild Seas Explorer est là pour vous apprendre la photographie nature, la photographie animalière et la photographie scientifique.

Les contres indications médicales pour une sortie cétacés

Les sorties d’observation et d’étude des cétacés sont déconseillées aux personnes souffrant du mal de mer. Les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires et de mal de dos devraient demander conseil à leur médecin traitant. Enfin, connaître la navigation à la voile n‘est en aucun cas une obligation, vous apprendrez à bord, si vous le souhaitez.

Y a-t-il des limites d’âges ?

Les enfants peuvent venir à partir de 6 ans à condition d’être accompagné d’un adulte responsable. Les parents doivent cependant être conscient de la durée de la sortie (8 heures) et des difficultés à se mouvoir et donc à s’occuper sur un voilier en pleine mer.

Ceux qui ont le mal de mer peuvent-ils sortir ?

Dans ce cas, il est recommandé de prévoir des médicaments contre le mal de mer pour une sortie agréable et d’appliquer les conseils des guides pour l’éviter.

 

Intérêts et avantages des sorties cétacés

Les avantages des sorties d’observation des cétacés sont nombreux en Méditerranée. Outre rendre accessible un rêve de découverte et de rencontre jusqu’ici difficilement réalisable en milieu naturel, ces balades sont surtout un véritable vecteur d’éducation environnementale et contribuent à l’économie locale. Mais lorsque ces sorties cétacés sont accompagnées d’un guide scientifique, elles permettent également de s’immerger dans le milieu de la recherche et de la conservation et de participer à la collecte de données. Vous apprenez sur la lecture de cartes topographiques sous-marines, la navigation responsable, la vie à bord d’un voilier, mais aussi sur les courants, les upwellings, les blooms phytoplanctoniques, la chaîne alimentaire, la biologie des cétacés, les écosystèmes méditerranéens et la biodiversité.
En l’absence de cadre, ces activités peuvent augmenter la pression sur l’environnement et déranger les animaux. Ne vous inquiétez pas, des spécialistes sont présents à bord. Capable de comprendre le comportement des animaux, ils sauront identifier les sources de dérangement, et s’appliqueront à respecter les règles élémentaires pour que cette activité croissante se déroule dans des conditions qui ne nuisent pas aux animaux.
Les passionnés de photographie seront aussi très gâtés. A travers l’objectif de votre appareil photo, vous pouvez capturer les plus beaux clichés des animaux que vous croiserez. Photographe amateur ou confirmé, repartez de ces sorties avec des superbes photos et des étoiles plein les yeux ! Mieux encore, vous pourrez mettre au profit de la science, vos compétences et vos clichés. En effet une importante partie des données collectées le sont sous forme de photo-identification, l’occasion de lier l’utile à l’agréable et de « naturentabiliser » votre sortie cétacés.